Gestion de l’agence nationale de l’aviation civile :343 730 565 Fcfa d’irrégularités financières constatées par le BVG

Date:

A la suite d’une mission à l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) pour les besoins de la vérification de la gestion concernant les années budgétaires 2017, 2018 et 2019, le Bureau du Vérificateur général a effectué des constatations et formulé des recommandations relatives aux irrégularités administratives et financières. Le dossier a été transmis à la justice pour toute suite utile.

Une mission du Bureau du vérificateur général a séjourné à l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) afin de passer à la loupe les faits de gestion des années 2017, 2018 et 2019. Il en résulte des constatations et recommandations relatives aux irrégularités administratives et financières. Pour les irrégularités administratives, il s’agit essentiellement de dysfonctionnements du contrôle interne qui ont été relevés par le Vérificateur Général. Lesdites irrégularités ont fait l’objet des recommandations.

D’abord, le Vérificateur général a recommandé au ministre des Transports et des Infrastructures de veiller au renouvellement, dans le délai requis, du mandat du président du Conseil d’administration. Ensuite, le Ministre de la Défense et des anciens combattants doit créer et rendre opérationnelle la Brigade des Transports Aériens de Sikasso.

En outre, les membres du Conseil d’administration de l’Anac doivent respecter les dispositions du Décret n°06-334/P-RM du 8 août 2006 fixant l’indemnité de responsabilité et de représentation du PCA. Par ailleurs, le directeur général de l’Anac doit pourvoir le poste d’Auditeur interne conformément à l’organigramme et élaborer la charte d’audit interne, séparer les fonctions de facturation et d’encaissement et établir les procès-verbaux de sélection de candidats, suite à des demandes de cotation. Enfin, l’Agent-comptable de l’Anac doit tenir régulièrement les comptes de créances clients.

Pour les irrégularités financières, leur montrant total s’élève à 343 730 565 Fcfa. Elles concernent : des créances non recouvrées pour un montant de 221 747 058 Fcfa ; des pénalités de retard non retenues pour un montant de 112 188 507 Fcfa ; des frais d’hébergement non justifiés pour un montant de 9 795 000 Fcfa. Ces faits ont été transmis et dénoncés par le Vérificateur général au président de la Section des comptes de la Cour suprême et au procureur de la République près le tribunal de Grande instance de la commune III du district de Bamako, chargé du Pôle économique et financier.

A.B. NIANG

Aujourd’hui mali

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related