Gestion de l’Office de protection des végétaux : Le BVG constate 71 041 099 Fcfa d’irrégularités financières

Date:

La gestion de l’Office de protection des végétaux a fait l’objet d’une vérification par le Bureau du Vérificateur général (BVG), notamment en ce qui concerne les années 2017, 2018 et 2019. A la suite de constations d’irrégularités administratives et financières, le BVG a formulé des recommandations, non sans transmettre et dénoncer les faits devant la justice.
La gestion de l’Office de protection des végétaux pour 2017, 2018 et 2019 a fait l’objet d’une vérification de la part d’une mission envoyée par le BVG. Des constatations ont été effectuées, relatives à des irrégularités administratives et financières.

Les irrégularités administratives concernent des dysfonctionnements du contrôle interne que le Vérificateur Général a constater avant de formuler des recommandations y afférentes. Ainsi, le BVG recommande au ministre chargé de l’Agriculture de prendre des dispositions pour la relecture des textes de création de l’Office de protection des végétaux, en prenant en compte la teneur des engagements internationaux relatifs à la réglementation en matière phytosanitaire ainsi que pour le renouvellement du mandat des administrateurs de l’Office de protection des végétaux. En plus, le président du Conseil d’administration doit veiller à la tenue régulière des sessions du Conseil d’administration.

En outre, le directeur général doit veiller à l’application du cadre organique, respecter les critères de sélection des soumissionnaires et tenir le registre des offres, conformément à la réglementation en vigueur. Par ailleurs, il doit créer les commissions d’ouverture des plis et d’évaluation des offres et celles de réception des biens et services conformément à la réglementation en vigueur, respecter les délais de réception des offres et les procédures de décaissement des fonds de la FAO.

Retenons aussi, comme recommandation, que le Régisseur d’avances doit s’assurer que la régie est approvisionnée avant paiement de toutes dépenses.

Enfin, une recommandation pour le comptable-matières : il doit tenir une comptabilité-matières régulière et codifier toutes les matières.

En ce qui concerne les irrégularités financières, leur montant total s’élève à 71 041 099 Fcfa. Il s’agit : du non reversement des produits de la vente des DAO pour un montant de 2 200 000 Fcfa ; du paiement d’un marché non exécuté pour un montant de 57 820 000 Fcfa ; de la simulation de mise en concurrence ; du paiement d’indemnités de déplacement non justifiées pour un montant de 2 230 000 Fcfa ; du paiement de jetons de présence indus pour un montant de 3 430 000 Fcfa ; du paiement de dépenses de régie non justifiées pour un montant de 5 361 099 Fcfa.

Ces faits ont été transmis par le BVG, pour dénonciation, au président de la Section des comptes de la Cour suprême et au procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako, chargé du Pôle économique et financier.

A.B. NIANG
Source : Aujourd’hui Mali

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Mali : c’est parti pour la 3e édition de la semaine des Énergies Renouvelables au CICB

Depuis ce matin, la 3e édition de la semaine...

Mali : Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 28 février 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire,...