Mali : le projet de loi fait polémique

Date:

Le Conseil des ministres tenu le mercredi 24 novembre 2021 a adopté un projet de loi portant loi électorale. Cette loi a été portée par le Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des réformes politiques et institutionnelles.
Selon le communiqué du conseil des ministres, ce projet de loi est le résultat d’une démarche consensuelle et inclusive à travers une série de concertations avec les acteurs des partis et regroupements de partis politiques et de la
société civile.
Un communiqué publié par le « Cadre d’échanges » vient contredire celui du conseil des ministres, et précise que le processus d’adoption unilatérale par le gouvernement de cette nouvelle loi n’a été ni consensuel, ni inclusif, ni participatif tel que prôné à maintes reprises par le président de la transition.
Ce projet de loi est pourtant acté par le président, car il a été adopté en conseil des ministres tenu sous sa présidence.
Si ce n’était pas le cas, il allait mettre ce projet de loi en attente jusqu’à ce que l’inclusivité qu’il prône soit trouvée.

Le cadre d’échanges estime que le ministre de l’administration est dépouillé de ses prérogatives en constatant que c’est le ministre délégué qui a porté cette loi en lieu et place de celui en charge des questions électorales.

Certains partis politiques auraient voulu voir le ministre de l’administration porter cette loi, étant en contact direct avec les partis à travers le cadre d’échanges instauré au sein de son département.
Si ce cadre d’échanges fonctionnait réellement, le ministre aurait pu saisir cet espace pour chercher l’inclusivité autour des questions électorales.
Mais lorsqu’un ministre délégué porte une loi de ce genre, l’inclusivité tant recherchée pourrait difficilement être obtenue.

Dans ce projet de loi, figure le fameux « Organe unique »catégoriquement rejeté par les partis politiques ; le gouvernement devait alors s’attendre à voir ce communiqué venant du « Cadre d’échanges ».

Il serait mieux pour le président d’instruire au Premier ministre de faire en sorte que le cadre d’échanges instauré entre les partis politiques et le ministère de l’administration territoriale reprenne ses activités. C’est une occasion pour le gouvernement d’être en contact avec l’ensemble de la classe politique pour mieux discuter des questions politiques.
Ce cadre permettra aux partis politiques de se sentir impliqués.

Il est temps que le Premier ministre lève le pied afin de permettre à ses ministres.

Abdoul Aziz Diallo

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Groupe scolaire de Nafadji, en Commune I du district de Bamako : inauguration d’une infrastructure de cantine scolaire

Sous la co-présidence de Madame Sidibé Dedeou Ousmane, ministre...

Projet d’appui aux comités de Gestion Scolaire Phase ll(PACGSII) : pour appui à l’éducation nationale

La ministre de l'Education Nationale, Madame Sidibé Dédéou Ousmane...

Lutte contre le cancer au Mali : le plaidoyer des docteurs

En conférence de presse vendredi 02 décembre 2022, au...