Mali « la Vie » Bafoulabé : Une fille s’est suicidée par pendaison

Date:

Une fille de 15 ans est retrouvée morte à Yilimalo, un hameau de culture de Soubala dans la commune de Koundian – cercle de Bafoulabé. Son corps est suspendu au bout d’une corde fixée à un arbre. Le geste suicidaire serait consécutif à un mariage forcé. La victime lors de l’autopsie, les médecins légistes observent, comme cela est classique en cas de pendaison, un sillon typique ascendant sur le cou. Celui-ci est associé à une fracture du larynx et à des signes d’asphyxie : cyanose (rougeur de la face), hémorragies du blanc de l’œil.
L’adolescente avait été flagellée malgré ses supplications. Des gens qui ne voulaient rien entendre de ses explications l’ont conduit de force chez son mari quelques jours avant le drame. Cinq personnes sont aux arrêts.

Les normes sociales locales au Mali influencent largement les logiques d’acteurs mobilisées dans les trajectoires matrimoniales des adolescentes. Dès la puberté, une fille non mariée est considérée comme une célibataire pour laquelle un conjoint est souhaitable et, passé 15 ans, cette situation est perçue comme constituant un problème. Durant l’adolescence, la principale crainte des parents est que leur fille puisse tomber enceinte hors mariage. En effet, l’idéal de virginité est loin d’être réalisé dans la pratique.

La présence d’« enfants naturels » dans les familles est perçue comme une grande honte, d’autant plus que la honte est un régulateur social majeur, lié au regard des proches. Le terme de « bâtard » reste une injure grave. En même temps, l’avortement est moralement condamné, en particulier en raison du poids de la religion.

A lire aussi : Mali: IBK perd son chapeau de pouvoir lors de sa visite à Kouremalé : Panique générale dans sa garde rapprochée
Il en résulte que plus une adolescente est mariée tôt, plus le risque d’une grossesse hors mariage s’éloigne. Face aux difficultés économiques mais aussi morales de prise en charge d’une fille-mère et de ses enfants au sein du foyer familial, le mariage apparaît comme la meilleure solution aux yeux des parents.

Le mariage des enfants est l’un des majeurs défis au Mali. Il nuit gravement à l’éducation, la santé, y compris la santé sexuelle et reproductive, et le développement général des adolescents et des jeunes.

Et l’éducation est un outil particulièrement efficace pour empêcher le mariage des enfants, dans la mesure où l’éducation des filles, en particulier dans le secondaire, est fortement corrélée à des mariages plus tardifs.

Source: L’Informateur
Piqué sur maliactu

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Journée internationale de l’éducation: les pertinentes recommandations du président de la CNDH

Le 3 décembre 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies...

Mali : le message du Président de la CNDH à l’occasion de la Journée internationale de l’éducation, le 24 janvier

Le 3 décembre 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies...

Mali : Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 18 janvier 2023

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire,...

La ministre Sidibé Dédéou Ousmane œuvre pour un cadre de vie et de travail sain

Après la traditionnelle montée des couleurs, ce lundi matin,...