Journée internationale de la langue maternelle : Déclaration de Madame le Ministre de l’Education Nationale

Date:

CHERS COMPATRIOTES,

C’est avec un réel plaisir que je m’adresse à vous, à l’occasion du lancement des activités commémoratives de la Journée Internationale de la Langue Maternelle, Edition 2022.
La Journée internationale de la langue maternelle, faut-il le rappeler, a été instituée par la Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en novembre 1999.
La date du 21 février a été choisie pour immortaliser de braves étudiants du Bengladesh, tués par la police pour avoir réclamé la reconnaissance de leur langue maternelle, le bengali, comme deuxième langue nationale.

CHERS COMPATRIOTES,
La langue, comme le disait cet idéologue hors pair, est le meilleur moyen de communication entre les hommes. Elle est souvent considérée comme un simple instrument de communication. Cependant, elle joue un rôle central dans la découverte, l’identification et le stockage de nouvelles connaissances. En effet, c’est elle qui permet de comprendre, de savoir, de concevoir et d’exprimer ses idées, d’échanger, de transmettre les connaissances.
Quant à la langue maternelle, langue première, c’est elle qui permet à l’enfant de découvrir le monde, la vie. Et à ce titre, elle demeure l’outil privilégié pour les apprentissages.

CHERS COMPATRIOTES,
Le thème retenu cette année par la Communauté internationale est : « L’emploi de la technologie pour l’apprentissage multilingue : défis et opportunités». Le thème national est : « Technologie et langues nationales au service de la paix pour un développement durable ».
Ce thème cadre parfaitement avec la vision séculaire des plus hautes autorités du Mali, qui ont toujours prôné un Mali pluriel à travers sa diversité culturelle et linguistique. Cette vision sacrée consacre les orientations de la politique linguistique consignées dans le PRODEC II, dans sa composante « qualité de l’enseignement et des apprentissages ».

CHERS COMPATRIOTES,
Il reste une évidence que l’homme, en parlant deux ou plusieurs langues, multiplie ses chances pour mieux communiquer, apprendre et s’épanouir pleinement. En d’autres termes, le multilinguisme est une richesse incommensurable, car il offre à l’individu l’opportunité de s’ouvrir à divers horizons.
Les nouvelles technologies facilitent en outre la collaboration de l’enseignante ou de l’enseignant avec des collègues, ainsi qu’avec d’autres personnes, de l’intérieur ou de l’extérieur du système d’enseignement, pour la planification ou l’élaboration d’activités d’apprentissage destinées aux élèves.

Dans un contexte caractérisé par la globalisation et la mondialisation, d’une part, et d’autre part, par la recrudescence de la crise sécuritaire et du radicalisme religieux au plan national, régional et international, l’aggravation des effets néfastes du changement climatique, le multilinguisme apparait comme un des outils les plus précieux de communication et d’intercompréhension.
Il élargit les champs de communication et multiplie les chances de participation des communautés à la recherche et à la mise en œuvre de résolutions efficaces aux divers problèmes : sécuritaires, économiques, socio-politiques et environnementaux.
Le thème national : « Technologie et langues nationales au service de la paix pour un développement durable » est d’actualité et pertinent. Notre pays est à la quête d’une paix durable. Ses fils et ses filles ont besoin de communiquer, de dialoguer, de se faire comprendre, de se tolérer, et de s’accepter mutuellement. Ceci n’est possible qu’à travers les langues de proximité que sont les langues maternelles, principaux outils de communication des populations.
En ayant la possibilité d’exprimer ses opinions dans la langue qui porte sa culture, le citoyen se sent pleinement pris en compte par la Nation et est, de ce fait, mis dans les conditions de donner le meilleur de lui-même ; le fait ou le sentiment de voir son identité reconnue et promue, le pousse à mieux s’approprier l’idéal national et à aller vers l’autre.

CHERS COMPATRIOTES,
La célébration de la Journée Internationale de la Langue Maternelle nous donne aussi l’occasion de rappeler les actes majeurs qui ont été posés en matière de promotion des langues maternelles, dont le plus important est l’adoption de la loi portant modalités de promotion et d’officialisation des langues nationales.
Il est important de signaler qu’à la radio et à la télévision, les bulletins d’information sont donnés dans toutes les langues nationales. Cela permet à toutes les communautés linguistiques du pays d’être mieux informées au même moment sur des problèmes importants intéressant la vie de la Nation. L’accord pour la Paix et la Réconciliation issue du Processus d’Alger est traduit dans nos langues nationales. Cela permet à la population de bien comprendre le contenu de l’accord et de s’en approprier.
Sur le plan pédagogique, l’Etat est résolument engagé à faire de nos langues nationales des outils d’apprentissages dans tout le système éducatif.
Cette option est traduite, depuis 2002, par l’enseignement desdites langues dans certaines facultés de l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako, depuis quelques années à l’Ecole Normale Supérieure de Bamako et dans les établissements d’enseignement général ; et récemment, il y a sept ans, par l’organisation de concours de recrutement des enseignants chargés de l’enseignement des langues nationales dans le secondaire.
Tous ces actes concourent, à n’en point douter, à renforcer le multilinguisme, facteur de développement socio-économique, politique et culturel, et de cohésion sociale pour une paix durable dans notre pays.

CHERS COMPATRIOTES,
Je lance enfin un vibrant appel à tous les acteurs et partenaires de l’Education, de la promotion des langues nationales, pour que nous unissions nos efforts pour permettre au multilinguisme de jouer son rôle dans le renforcement de la paix durable et de la cohésion sociale dans notre pays, car sans paix, il n’y a pas de développement.
« Ala ka lakana, basigi, bɛn ani kelenya sabati an ka jamana kɔnɔ »
« Ala ka barika don fasokanw na ! Ala k’u tɔgɔladon caman jira ne ni aw la ! »

Vive la Journée Internationale de la langue maternelle !
Vive le Mali, indivisible et pluriel.

Je vous remercie.

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Mali : Reporters sans frontières déplore le silence sur l’enlèvement de deux journalistes

LE 07 DÉC. 2023 À 16H28 (TU) Par AFPImageRSF...

Salon FEMINIA de Bamako : pour promouvoir l’esprit entrepreneurial chez les jeunes filles…

L’organisation de ce Salon vise à promouvoir l’esprit entrepreneurial...