Mali – nouveau projet de l’ONG Savama-DCI : les étudiants de la Faculté des langues et des sciences du langage sensibilisés et inspirés par les devoirs des rois et des souverains

Date:

Dans le cadre de ses activités pour son nouveau projet intitulé “ l’Inspiration des manuscrits anciens pour la réconciliation et la Paix (IMARP) ”, les conférences-débats de l’ONG Sauvegarde et Valorisation des Manuscrits pour la Défense de la Culture Islamique (SAVAMA-DCI), s’intensifient afin d’informer, de sensibiliser et d’inspirer les étudiants Maliens sur l’importance et le rôle capital des manuscrits anciens du Mali. La 4è conférence-débat à Bamako sinon la 6è dans le pays à l’intention des étudiants s’est déroulée ce jeudi 17 mars 2022, à la Faculté des langues et des sciences du langage, DER Arabe, Badalabougou, Bamako. Elle a enregistré la présence du chef DER Arabe Sambi khalil Magassouba, des membres de l’ONG Savama-DCI, du recteur de ladite université, des invités et d’une centaine d’étudiants. L’objectif principal de ces conférences-débats est de faire le plaidoyer et le lobbying pour une appropriation des enseignements des manuscrits anciens dans le processus de réconciliation de paix et de gouvernance au Mali, avec le concours financier de l’Ambassade du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord à Bamako.
Pour cette 4è conférence-débat, l’ONG SAVAMA-DCI a fait appel à deux éminents professeurs de l’Université. Le thème 1 était sur “ Approche de la religion sur les devoirs des rois et des souverains : que faut-il retenir pour les leaders politiques au Mali ? ” expliqué par Adama Karambé, enseignant chercheur/IZSEJ (en français). Et le deuxième thème parlait sur “Les intérêts humains liés à la religion et au corps ”.
Le recteur de la Faculté des langues et des sciences du langage a salué l’initiative. Il a aussi estimé que c’est “ un grand honneur pour eux de recevoir cette conférence-débat pour la réconciliation et la paix ”. « C’est l’occasion pour nous de motiver les étudiants à s’inpirer des manuscrits anciens », a-t-il souhaité.
Le premier conférencier a présenté en 3 axes le livre de“ l’approche de la religion sur les devoirs et rois et des souverains. Le premier axe est basé sur un bref aperçu sur Muhammad b.Abd al-Karim al-Maghili qui est l’auteur du manuscrit intitulé “ Approche de la religion sur les devoirs des rois et des souverains ”. Il fut un érudit musulman algérien, né à Tlemcen en 1425, Il voyagea dans plusieurs pays pour l’expansion de l’Islam, tel que le Soudan et la ville de Kano au Nigeria, Il est décédé à Twate . (Une ville près de Tlemcen) en 1503.
Quant au deuxième axe, il a concerné la présentation sommaire du livre sur les manuscrits qui, selon le conférencier, peuvent être classés parmi les documents qui traitent la science politique et la bonne gouvernance. Sur la notion “Approche de la religion sur les devoirs des rois et des souverains ”, M. Karambé nous affirme qu’il est notoirement connu chez les sociologues que l’homme est naturellement civil, mais c’est une situation qui l’oblige à être gouverné par des dirigeants appelés souverains ou rois. « Ces souverains veillent sur la sécurité des personnes et de leurs biens. Mais pour que ces gouvernants soient légaux dans l’exercice de leur fonction et pour bien diriger le peuple, ils doivent être munis de certaines qualités car ce sont eux les représentants de Dieu sur terre », a-t-il précisé. Avant d’ajouter que ces manuscrits mettent en exergue la conception de l’Islam par rapport à la politique, car l’Islam conçoit la politique comme une responsabilité sur l’épaule des hommes politiques. Et selon l’Islam, la politique est une tâche noble, une valeur, et un lourd fardeau qui demande beaucoup de sacrifices pour l’intérêt général. Que c’est pourquoi l’Islam dans son passé regorgeait de bons dirigeants qui ont bien gouverné leurs peuples. Ainsi de par leur bonne gouvernance, le bonheur régna partout. Nous pouvons citer à cet égard ʻUmar b. al khṭāb – ʻUmar b. ʻabd al-ʻazīz saʻīd b. ʻāmir. Ces manuscrits corrigent un certain cliché dans la mémoire des gens par rapport à la conception de la politique. Selon un plus grand nombre de personnes, la politique n’est qu’un art de mensonge, de la ruse qui consiste à mettre la poudre dans les yeux du peuple, tout en prônant le principe machiavélique, selon lequel la fin justifie les moyens.
Parlant du troisième axe qui fait le commentaire sur le contenu du document, du manuscrit intitulé : Tāju al dīn fīmā yajibu ʻalā al mulūk wa al salāṭīn, le conférencier Adama Karambé aura indiqué que l’auteur présente les devoirs des souverains en huit chapitres dont : le devoir du souverain est d’avoir une bonne foi; le souverain doit se confier à Allah et implorer son secours dans toutes ses tâches; que ses œuvres soient entièrement accomplies pour la cause de Dieu; il doit se rappeler qu’il est l’une des créatures d’Allah; il doit savoir que beaucoup de gens sont plus forts que lui, et n’eut été l’assistance d’Allah, il n’aurait pas régné sur eux.
L’un des chapitres dit aussi que le devoir du souverain par rapport à son apparence doit d’être vêtu de costume de prestige en public comme en privé. Il doit embellir son corps et se parfumer. Que le devoir du souverain par rapport à l’organisation de son royaume, pour la bonne organisation de son royaume, doit disposer entre autres : des sages pour lui faire de bonnes propositions, des hommes honnêtes pour encaisser et dépenser, des espions pour chercher des renseignements, des patrouilleurs pour le contrôle d’identité, des juges intègres pour trancher une armée forte pour veiller sur la sécurité des citoyens.
Il a également fait savoir à l’assistance que le souverain doit savoir que la force de son pouvoir réside dans son intégrité et dans son objectivité. Il lui est ainsi recommandé d’être juste dans la gestion des affaires publiques entre les justiciables. Et qu’il ne doit jouer ni au favoritisme ni au clientélisme. Mais aussi que le souverain ne doit percevoir comme impôts que des taxes autorisées par Dieu, qui sont entre autres : la zakat de deux monnaies, de la culture, du bétail, de la rupture de jeûne, le cinquième du butin, et ce qui est prélevé des commerçants non musulmans sous protection…
Le deuxième thème sur “ Les intérêts humains liés à la religion et au corps : la profondeur de la réflexion de nos aïeux sur les questions de droit au 19ème siècle ” a aussi été largement expliqué en arabe par Dr. Gouro N’Diaye, Maître-assistant/DER Arabe/FLSL (en arabe).
C’est le livre de l’auteur Abdoullahi b. Mohamed Dan Fodio (1829) sur lequel Dr. Gouro N’Diaye a exposé. L’ouvrage est composé de deux grands chapitres. Et chaque chapitre comprend des sous chapitres. Dans ces chapitres, on peut retenir au moins une trentaine de chapitres traités et expliqués en long et large. Ils parlent de 10 thématiques dont le droit de l’individu lors des fiançailles de sa future mère, le droit de l’individu pendant l’accouchement, les droits de l’individu au moment du baptême, à l’éducation, à l’enseignement, au mariage; le devoir de l’homme dans la vie spirituelle et socioéconomique et le droit de l’individu à la vie.

Nia Dialla KEITA

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Groupe scolaire de Nafadji, en Commune I du district de Bamako : inauguration d’une infrastructure de cantine scolaire

Sous la co-présidence de Madame Sidibé Dedeou Ousmane, ministre...

Projet d’appui aux comités de Gestion Scolaire Phase ll(PACGSII) : pour appui à l’éducation nationale

La ministre de l'Education Nationale, Madame Sidibé Dédéou Ousmane...

Lutte contre le cancer au Mali : le plaidoyer des docteurs

En conférence de presse vendredi 02 décembre 2022, au...