Amériques – États-Unis : la Cour suprême complique la lutte contre le réchauffement climatique

Date:

Une vue de la Cour suprême des États-Unis à Washington.

La Cour suprême américaine a imposé jeudi des limites aux moyens et à la capacité des autorités fédérales d’imposer des réglementations visant à réduire les émissions de gaz carbonique, compromettant les objectifs de l’administration Biden en matière de lutte contre le changement climatique.

La très conservatrice Cour suprême des États-Unis a limité, jeudi 30 juin, les moyens fédéraux de lutter contre le réchauffement climatique, dans un arrêt qui pourrait plus largement compliquer tous les efforts de régulation de l’État américain.

La haute juridiction a estimé que l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) ne pouvait pas édicter de règles générales pour réguler les émissions des centrales à charbon, qui produisent près de 20 % de l’électricité aux États-Unis.

Un porte-parole de la Maison Blanche a dénoncé “une nouvelle décision dévastatrice de la Cour (suprême) qui vise à ramener notre pays en arrière”, après que l’institution a affaibli le pouvoir de régulation environnementale de l’État fédéral.

Le président américain, Joe Biden, “n’hésitera pas à utiliser les pouvoirs que lui confèrent la loi pour protéger la santé publique et s’attaquer à la crise du changement climatique”, selon une courte déclaration transmise à la presse.

Un “recul” pour l’environnement, selon l’ONU
De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a jugé que l’arrêt marquait un “recul” dans la lutte contre la crise environnementale. “Nous pouvons dire qu’il s’agit d’un recul dans notre lutte contre le changement climatique, alors que nous sommes déjà très en retard dans la réalisation des objectifs de l’accord de Paris” adopté en 2015, note le porte-parole dans un communiqué.

À lire aussi : Après l’avortement, pourquoi d’autres droits sont menacés par la Cour suprême américaine

L’arrêt a été adopté par les six magistrats conservateurs de la Cour, au dernier jour d’une session historique, marquée par la fin du droit à l’avortement et la sanctuarisation de celui au port d’armes.

“Mettre une limite aux émissions de dioxyde de carbone à un niveau qui imposerait de renoncer au charbon dans tout le pays pour produire l’électricité pourrait être une solution pertinente à la crise d’aujourd’hui”, écrit le juge John Roberts en leur nom. “Mais il n’est pas crédible que le Congrès ait donné à l’EPA l’autorité d’adopter une telle mesure.”

Leurs trois collègues progressistes se sont dissociés d’une décision jugée “effrayante”. “La Cour a retiré à l’EPA le pouvoir que le Congrès lui a donné de répondre au ‘problème le plus pressant de notre époque'”, écrit la juge Elena Kagan, en rappelant que les six années les plus chaudes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie.

Une Cour suprême “extrémiste”
Reflétant les divisions de la société américaine sur les questions environnementales, la décision a été immédiatement saluée par le parti républicain, hostile à toute régulation fédérale et défenseur des énergies fossiles.

“Aujourd’hui, la Cour suprême rend le pouvoir au peuple”, a estimé son chef au Sénat, Mitch McConnell, en reprochant au président démocrate Joe Biden “de mener une guerre contre les énergies à prix abordable” malgré un taux d’inflation record.

Les démocrates, à l’instar de la jeune élue Alexandria Ocasio-Cortez, ont au contraire jugé la décision “catastrophique”. “Notre planète est en feu et cette Cour suprême extrémiste détruit la capacité du pouvoir fédéral de se battre”, a ajouté la sénatrice Elizabeth Warren.

Atterrées, les organisations de défense de l’environnement ont souligné l’écart avec le reste du monde. “La décision menace les États-Unis d’être relégués loin derrière nos partenaires internationaux qui accélèrent les efforts pour remplir leurs engagements climatiques”, a souligné Nathaniel Keohane, président du Center for Climate and Energy Solutions .

En 2007, la Cour suprême avait pourtant décidé à une courte majorité que l’EPA était compétente pour réguler les émissions de gaz responsables du réchauffement climatique, au même titre qu’elle est chargée par une loi des années 1960 de limiter la pollution de l’air.

Mais depuis, l’ex-président républicain Donald Trump, un climatosceptique hostile à toute mesure contraignante pour l’industrie, a fait entrer trois magistrats au sein du temple du droit américain.

Au-delà de l’EPA, leur décision pourrait limiter les efforts de toutes les agences fédérales de régulation, notamment celle sur la santé et la sécurité au travail (OSHA).

“La majorité a dit que les agences ne peuvent pas prendre de mesures significatives pour remplir leurs objectifs, quelle que soit l’importance des enjeux”, a expliqué à l’AFP le professeur de droit environnemental Robert Percival, de l’université du Maryland.

Elle “insiste pour que ces agences obtiennent une ‘autorisation claire du Congrès’ mais elle sait que le Congrès est extrêmement dysfonctionnel”, ajoute Richard Lazarus, professeur à Harvard.

Compte tenu des fractures entre élus, espérer l’adoption d’une loi sur le climat paraît en effet un vœu pieux.

“Clean Power Plan”
Concrètement, le dossier au cœur de la décision trouve sa source dans un plan ambitieux adopté en 2015 par Barack Obama pour réduire les émissions de CO2. Ce “Clean Power Plan”, dont la mise en œuvre revenait à l’EPA, avait été bloqué avant d’entrer en vigueur.

En 2019, Donald Trump avait publié sa propre “règle pour une énergie propre abordable”, limitant le champ d’action de l’EPA au sein de chaque site de production d’électricité, sans l’autoriser à remodeler tout le réseau.

Un tribunal fédéral ayant invalidé cette mouture, plusieurs États conservateurs et l’industrie du charbon ont demandé à la Cour suprême d’intervenir et de préciser les pouvoirs de l’EPA.

Le gouvernement du démocrate Joe Biden avait fait savoir qu’il ne comptait pas ressusciter le plan de Barack Obama et avait demandé à la haute Cour de déclarer le dossier caduc pour éviter une décision aux conséquences dommageables. Son pari a échoué.

Avec AFP

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Groupe scolaire de Nafadji, en Commune I du district de Bamako : inauguration d’une infrastructure de cantine scolaire

Sous la co-présidence de Madame Sidibé Dedeou Ousmane, ministre...

Projet d’appui aux comités de Gestion Scolaire Phase ll(PACGSII) : pour appui à l’éducation nationale

La ministre de l'Education Nationale, Madame Sidibé Dédéou Ousmane...

Lutte contre le cancer au Mali : le plaidoyer des docteurs

En conférence de presse vendredi 02 décembre 2022, au...