Europe – Italie : le Premier ministre Mario Draghi présente sa démission, le président refuse

Date:

Le Premier ministre Mario Draghi a annoncé qu’il allait rendre sa démission, jeudi. Démission refusée par le président italien, Sergio Mattarella. Plus tôt, les sénateurs du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème), membre de la coalition au pouvoir, n’avaient pas participé au vote de confiance sur un texte discuté au Sénat.

Mario Draghi, confronté à l’effritement de sa coalition, a annoncé en Conseil des ministres qu’il remettrait sa démission jeudi soir, a indiqué le gouvernement.

“Je veux vous annoncer que ce soir je remettrai ma démission au président de la République” Sergio Mattarella, a déclaré Mario Draghi, selon des propos rapportés dans un communiqué de ses services. Une démission que le président italien a refusée.

“Le président de la République n’a pas accepté la démission du président du Conseil et l’a invité à se présenter au parlement (…) afin qu’ait lieu une évaluation de la situation”, a annoncé jeudi soir la présidence.

01:02
Plus tôt dans la journée, le Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème), membre de la coalition au pouvoir, avait boycotté un vote de confiance sur un texte discuté au Sénat.

Conformément à l’annonce faite mercredi soir par Giuseppe Conte, prédécesseur de Mario Draghi et actuel patron du M5S, les sénateurs de son parti n’ont pas participé au vote de confiance demandé par l’exécutif à l’occasion du vote sur un décret-loi contenant des mesures d’environ 23 milliards d’euros pour aider les familles et les entreprises face à l’inflation.

Mario Draghi disposait d’une majorité pour gouverner même sans les 5 Étoiles mais l’ex-patron de la Banque centrale européenne a affirmé à plusieurs reprises qu’il n’y aurait pas de gouvernement sans eux.

Il était en effet arrivé aux affaires début 2021 pour constituer une coalition d'”unité nationale” susceptible de surmonter l’urgence pandémique et la crise économique qui s’est ensuivie. Or sans le soutien des M5S, il considère que son gouvernement devient “politique” et estime n’avoir pas été mandaté pour conduire un cabinet de cette nature.

Autre problème : le décret-loi au centre de la crise politique contient également une mesure pour faciliter la construction d’un incinérateur d’ordures à Rome, à laquelle sont opposés les M5S.

“Il faut répondre au malaise social qui augmente de manière claire et décidée. Les irresponsables, ce n’est pas nous, ce sont ceux qui ne donnent pas de réponse au pays”, a justifié Mariolina Castellone, cheffe des sénateurs du M5S. “Aujourd’hui, nous ne participons pas au vote de ce décret-loi car nous ne partageons ni une de ses dispositions”, celle concernant l’incinérateur à Rome, “ni la méthode” de son adoption, a-t-elle ajouté.

Le M5S s’oppose aux incinérateurs qui selon eux sont coûteux, polluants, peu efficaces et n’incitent pas la population au tri sélectif. Ils réclament aussi l’instauration d’un salaire minimum et d’un revenu citoyen.

Le M5S “veut être au centre de l’attention”
Mais le mouvement a aussi, voire surtout, des arrière-pensées électoralistes, selon les analystes.

“Le M5S s’écroule dans les sondages et a besoin de récupérer de la visibilité (…). Il veut être au centre de l’attention”, a expliqué à l’AFP Lorenzo Codogno, ancien économiste en chef du Trésor italien et professeur invité à la London School of Economics.

Le M5S, vainqueur des dernières élections législatives, en 2018, avec 32 % des voix et une majorité relative au Parlement, n’a cessé depuis de dégringoler dans les intentions de vote, aujourd’hui à 10 %-11 %, et nombre de ses élus l’ont quitté depuis.

Un tiers de ses députés, environ 50, a fait scission et a suivi l’ancien chef du M5S, l’actuel ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio, qui a récemment créé son propre parti, Ensemble pour l’avenir (IPF).

L’incertitude régnant sur l’avenir du gouvernement Draghi n’a pas manqué de causer des turbulences sur les marchés : la Bourse de Milan chutait de plus de 3% jeudi après-midi et le coût de la dette de l’Italie est reparti à la hausse, signe de la nervosité ambiante.

Avec AFP

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related

Groupe scolaire de Nafadji, en Commune I du district de Bamako : inauguration d’une infrastructure de cantine scolaire

Sous la co-présidence de Madame Sidibé Dedeou Ousmane, ministre...

Projet d’appui aux comités de Gestion Scolaire Phase ll(PACGSII) : pour appui à l’éducation nationale

La ministre de l'Education Nationale, Madame Sidibé Dédéou Ousmane...

Lutte contre le cancer au Mali : le plaidoyer des docteurs

En conférence de presse vendredi 02 décembre 2022, au...