Asie-Pacifique – Afghanistan : un hôtel de Kaboul visé par une attaque du groupe État islamique

Date:

Des assaillants armés ont fait irruption lundi après-midi dans un hôtel prisé des hommes d’affaires chinois dans la capitale afghane. Le bilan de cette attaque reste incertain.

Des assaillants armés ont attaqué, lundi 12 décembre, un hôtel de Kaboul prisé des hommes d’affaires chinois, mais le bilan des victimes de cet assaut revendiqué par le groupe État islamique reste incertain. Un hôpital a fait état de trois morts et 18 blessés tandis que les Taliban ont évoqué deux étrangers blessés et affirmé que trois assaillants avaient été tués.

L’ONG Emergency, qui gère un hôpital de la capitale où ont été transportées des victimes, a écrit dans un tweet avoir reçu “21 blessés” et que “trois étaient déjà morts” à leur arrivée, sans préciser s’il s’agissait des assaillants.

Le groupe État islamique a de son côté déclaré que deux de ses membres avaient “attaqué un grand hôtel fréquenté par des diplomates et des hommes d’affaires chinois à Kaboul, où ils ont fait exploser deux engins cachés dans deux sacs”, l’un ayant visé une fête pour les invités chinois et l’autre le hall de réception.

L’un des deux combattants a lancé des grenades sur des policiers talibans qui tentaient de les arrêter, tandis que l’autre a commencé à activer des engins explosifs qu’il avait collés sur les portes des chambres d’hôtel et à tirer sur les clients de l’établissement, a déclaré le groupe jihadiste dans un communiqué.

Aucun étranger tué, selon les Taliban
L’attaque perpétrée contre l’hôtel, situé dans l’une des principales zones commerciales de la capitale, a pris fin avec “la mort de trois assaillants”, a de son côté déclaré dans la soirée le porte-parole des Taliban, Zabihullah Mujahid.

“Tous les clients de l’hôtel ont été secourus et aucun étranger n’a été tué. Seuls deux clients étrangers ont été blessés lorsqu’ils ont sauté de l’étage supérieur” de l’établissement, a-t-il ajouté.

Un porte-parole de la police de Kaboul a confirmé que “trois assaillants avaient été tués sur place” et qu'”un suspect avait été arrêté”, attribuant cet assaut à des “éléments malveillants”.

Dans des vidéos postées sur les réseaux sociaux, on peut voir des flammes au premier étage et des clients de l’hôtel se précipiter aux fenêtres. Des journalistes de l’AFP ont également vu un épais panache de fumée s’échapper de l’établissement. Plusieurs témoins ont dit avoir entendu au moins cinq explosions et plusieurs tirs en rafale.

À Washington, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a condamné cette nouvelle vague de violences ayant visé des “civils innocents”.

La Chine, soutien économique des Taliban
L’attaque s’est déroulée à l’hôtel Longan, un complexe de plusieurs étages où aiment séjourner les hommes d’affaires chinois, qui sont de plus en plus nombreux à se rendre en Afghanistan depuis le retour des Taliban au pouvoir.

Pékin n’a pas reconnu officiellement le gouvernement taliban, mais la Chine, qui partage 76 km de frontière avec l’Afghanistan, est l’un des rares pays à y avoir maintenu une présence diplomatique. Elle craint depuis longtemps que l’Afghanistan ne devienne un point de chute pour la minorité ouïghoure en provenance de la très sensible région frontalière chinoise du Xinjiang.

Les Taliban ont promis que l’Afghanistan ne serait pas utilisé en tant que base par les militants ouïghours. En échange, Pékin leur a offert un soutien économique et des investissements pour la reconstruction de leur pays.

Le maintien de la stabilité en Afghanistan, après 20 ans de guerre avec les Américains et les forces de l’Otan, est la principale préoccupation de la Chine, qui cherche à sécuriser ses frontières et ses investissements stratégiques au Pakistan, leur voisin commun.

Les Taliban comptent également sur la Chine pour transformer l’un des plus grands gisements de cuivre du monde en usine minière. Une exploitation qui serait précieuse pour redresser l’Afghanistan, à court d’argent et frappé par les sanctions économiques internationales.

Les Taliban affirment avoir amélioré la sécurité dans leur pays depuis leur retour au pouvoir en août 2021, mais de nombreux attentats à la bombe ont été perpétrés ces derniers mois, généralement revendiqués par la section locale du groupe jihadiste État islamique.

Avec AFP

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related