S.E.M. Igor Gromyko, Ambassadeur de la Fédération de Russie en République du Mali “ La politique hypocrite des pays occidentaux et de l’Ukraine entrave la mise en œuvre du Mémorandum sur les céréales entre la Russie et l’ONU ”

Date:

Le 18 mars 2023, la deuxième phase de 120 jours de l’Initiative de la mer Noire pour les exportations alimentaires ukrainiennes a expiré. Guidé principalement par les besoins des pays africains, mon État a accepté de la prolonger, mais seulement de 60 jours, c’est-à-dire jusqu’au 18 mai 2023. Cette information a été communiquée aux parties turque et ukrainienne, ainsi qu’aux représentants de l’ONU. Nous n’avons reçu aucune objection formelle.
La décision de réduire la durée de l’accord de 120 à 60 jours est liée à l’absence de progrès dans la mise en œuvre du Mémorandum Russie-ONU sur la normalisation des exportations agricoles nationales. L’initiative de la mer Noire et le Mémorandum ONU-Russie font partie du même “paquet” proposé par le Secrétaire général des Nations unies, M. Guterres, et signé à Istanbul le 22 juillet 2022. Par conséquent, leur mise en œuvre devrait être simultanée et liée afin de garantir la sécurité alimentaire mondiale et d’aider les pays dans le besoin d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.
Il convient de rappeler que cette initiative a été prise par M. Guterres en réponse à l’aggravation de la crise alimentaire dans le contexte de la pandémie de Covid-19, à l’émission monétaire incontrôlée des pays occidentaux et à la transition forcée vers une “économie verte”.
Malheureusement, nous constatons que seule la partie ukrainienne du “paquet” a été mise en œuvre jusqu’à présent. Et il s’agit de l’exportation commerciale de céréales fourragères vers des pays à revenu élevé (47 %) – principalement l’UE – et supérieur à la moyenne (34 %), et qui a rapporté des bénéfices au régime de Kiev. Ces bénéfices servent à financer les livraisons d’armes et de munitions de l’Occident à l’Ukraine. La part des livraisons de céréales aux pays dans le besoin ne cesse de diminuer, atteignant à peine 2,5 %. En même temps, par le biais de l'”Initiative de la mer Noire” (26 millions de tonnes) et du programme de l’UE “Corridors de solidarité” (29 millions de tonnes), l’Ukraine vend simplement ses exportations commerciales habituelles de céréales (45 millions de tonnes).
Les exportations russes de produits agricoles et d’engrais, y compris l’exploitation du pipeline d’ammoniac Togliatti Odessa, restent bloquées en raison des sanctions occidentales unilatérales. Ni les Ukrainiens ni les Occidentaux ne s’inquiètent du fait que 2,5 millions de tonnes de matières premières, suffisantes pour produire 7 millions de tonnes d’engrais pour nourrir 200 millions de personnes, n’ont pas été fournies au marché mondial en raison de ces actions. Le transfert gratuit des engrais russes (262 000 tonnes) bloqués dans les ports de Lettonie, de Lituanie, d’Estonie et des Pays-Bas vers les pays qui en ont besoin est également très difficile.
Six mois plus tard, la seule expédition jamais effectuée l’a été vers le Malawi (20 000 tonnes). Dans ce contexte, toutes les assurances données par l’Occident concernant les exemptions humanitaires à ses sanctions, l’engagement en faveur de la sécurité alimentaire mondiale et les expressions de soutien aux efforts du Secrétaire général de l’ONU ne sont guère plus que de l’hypocrisie. Les exemptions de sanctions pour les denrées alimentaires et les engrais annoncées par Washington, Bruxelles et Londres ne fonctionnent pas vraiment. Les principaux bénéficiaires de la hausse des prix des denrées alimentaires ont été les sociétés américaines Archer Daniels, Midland, Bunge and Cargill, la société néerlandaise Louis Dreyfus et d’autres encore.
À cet égard, nous présumons qu’une nouvelle décision sur l’extension de l’initiative dépendra des progrès réels, et non hypothétiques, accomplis dans la normalisation de nos exportations agricoles. Il s’agit notamment de reconnecter Rosselkhozbank à SWIFT, de reprendre les livraisons de machines agricoles, de pièces détachées et de services, de lever les restrictions sur l’assurance et la réassurance et l’interdiction d’accès aux ports, de rétablir le fonctionnement du pipeline d’ammoniac Togliatti-Odessa et de débloquer les avoirs et les comptes étrangers des entreprises russes impliquées dans la production et le transport de denrées alimentaires et d’engrais. Sans progrès sur ces exigences, qui auraient dû être résolues dans le cadre du Mémorandum Russie-ONU, notre participation à l’Initiative de la mer Noire sera suspendue.
Dans le même temps, comme l’a assuré le Président russe Vladimir Poutine lors de son discours à la Conférence parlementaire internationale “Russie – Afrique dans un monde multipolaire” le 20 mars 2023, “Si nous décidons de ne pas prolonger cet accord après 60 jours, nous sommes prêts à fournir gratuitement l’ensemble du volume qui a été envoyé au cours de la période précédente aux pays d’Afrique qui ont particulièrement besoin de la Russie vers ces pays”.

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related