CAN : une Côte d’Ivoire complètement marteau s’offre une troisième étoile !

Date:

La joie de Kessié sur son but égalisateur !

Résurrection, allégorie. Considérée éliminée après le désastre du 22 janvier contre la Guinée équatoriale (0-4), la Côte d’Ivoire a profité d’un improbable concours de circonstances et d’une force mentale redoutable pour remporter dimanche la troisième Coupe d’Afrique des Nations de son histoire, aux dépens du Nigeria (2-1).
Imaginez une seule seconde que le 22 janvier, alors que la Côte d’Ivoire vient de se faire humilier à domicile par la Guinée équatoriale (0-4), on vous isole dans une pièce pendant trois semaines, qu’on vous en sorte ce dimanche soir en vous annonçant que la Côte d’Ivoire vient de remporter la Coupe d’Afrique des Nations. Soyons honnête, personne n’y aurait cru, et ceux qui diront le contraire ont sans doute le nez qui s’allonge.

Pourtant, c’est bien la réalité : constamment dos au mur dans cette compétition, la Côte d’Ivoire a fait subir sa loi si particulière au Nigeria (2-1) pour s’adjuger la troisième CAN de son histoire, après 1992 et 2015.

Toujours au bord du précipice, jamais tombée !

Car après cette claque historique, il a d’abord fallu tout changer. C’est-à-dire remercier le sélectionneur Jean-Louis Gasset, tenter le coup Hervé Renard, le rater, et faire confiance à Emerse Faé pour disputer des 8es de finale arrachés grâce à un fabuleux hasard ayant placé les Ivoiriens quatrièmes meilleurs troisièmes de la phase de groupes, et donc qualifiés sur le fil pour les 8es.

Là encore, miser sur les Eléphants aurait été risqué puisque c’est le Sénégal, tenant du titre et favori à sa propre succession, qui plus est auteur d’une phase de poules impeccable, qui s’est présenté devant le pays hôte. Menée quasiment dès l’entame, la Côte d’Ivoire a pourtant trouvé les ressources pour égaliser en fin de partie et se qualifier aux tirs au but (1-1, 5-4 tab), puis elle s’est servie de ce match pour dompter le Mali en quarts. Menés et à 10, les Ivoiriens ont égalisé contre toute attente avant d’arracher les demi-finales au bout de la prolongation (2-1 ap).

Haller est tombé à pic

Tombeur de la République démocratique du Congo (1-0), le pays hôte a encore fait parler la magie et réservé l’un des scénarios dont elle a le secret, ce dimanche. Après avoir encaissé un but contre le cours du jeu par William Troost-Ekong, la Côte d’Ivoire aurait pu voir la machine s’enrayer après l’apparition de ce grain de sable. Mais il n’en a rien été, comme depuis ces 8es qui ont métamorphosé les Eléphants.

Repartis à l’assaut de la cage de Nwabali, les joueurs de Faé ont égalisé assez symboliquement sur corner, par l’intermédiaire de Kessié. Celui qui, trois semaines plus tôt, estimait que la sélection ivoirienne avait été «la honte de la nation» après avoir été tournée en ridicule par les Equato-Guinéens. Autre symbole, c’est Sébastien Haller, qui a vécu tant d’épreuves bien plus importantes qu’une CAN ces derniers mois, qui a délivré un Stade Alassane Ouattara survolté et les quasi 30 millions d’Ivoiriens. La folie s’est emparée de l’enceinte d’Abidjan, contrastant avec la déception des Nigérians, illustrée par leur meilleur atout Victor Osimhen, auteur d’un but seulement durant la compétition.

La note du match : 8/10

Quel pied ! On ne s’est pas ennuyé du début à la fin de la finale, les Ivoiriens ont immédiatement imprégné ce match de leur empreinte. Jamais les Eléphants n’ont cessé de prendre d’assaut la cage de Nwabali, même menés. Grâce à une seconde période irréelle qui a basculé dans la pure folie, la Côte d’Ivoire a fait chavirer son peuple de bonheur sur deux coups de boutoir d’Adingra.

L’homme du match : Simon Adingra

Intenable ! L’ailier de Brighton a réussi de nombreuses différences sur son côté gauche. Passeur sur les deux buts de son équipe, il a sans cesse apporté le danger sur la cage nigériane et aurait aussi pu inscrire son nom à la liste des buteurs. Une prestation éblouissante de celui qui avait démarré la compétition en tant que remplaçant.

NIGERIA 1-2 CÔTE D’IVOIRE (mi-tps: 1-0) – CAN 2023 – finale / fin.
Stade : Stade Olympique Alassane Ouattara, Abidjan – Arbitre : Beida Dahane, Mauritania

Buts : W. Troost-Ekong (38e) pour NIGERIA – F. Kessié (62e) S. Haller (81e) pour CÔTE D’IVOIRE
Avertissements : J. Peseiro (28e), S. Nwabili (53e), O. Aina (90e), pour NIGERIA – S. Aurier (54e), S. Fofana (87e), Y. Fofana (90+7e), pour CÔTE D’IVOIRE

NIGERIA : Stanley Nwabali – S. Ajayi, W. Troost-Ekong, C. Bassey – F. Onyeka (J. Ayodele-Aribo, 86e), A. Iwobi (K. Iheanacho, 79e) – O. Aina, Z. Sanusi (T. Moffi, 86e) – S. Chukwueze (M. Simon, 56e), A. Lookman (A. Yusuf, 79e) – V. Osimhen

CÔTE D’IVOIRE : Y. Fofana – O. Kossounou, E. N’Dicka – S. Aurier (W. Singo, 70e), G. Konan – F. Kessié, J. Seri (J. Lazare, 90+2e), S. Fofana (I. Sangaré, 88e) – M. Gradel (O. Diakité, 70e), S. Haller (J. Krasso, 88e), Simon Adingra
Pourtant, tout avait bien démarré pour le Nigeria avec l’ouverture du score de Troost-Ekong (0-1, 38e)

Mais les efforts des Ivoiriens ont payé, Kessié a remis les siens à hauteur (1-1, 62e)

Haller a finalement offert la victoire au peuple ivoirien (2-1, 82e) !

Le sacre de la Côte d’Ivoire est-il logique selon vous ? N’hésitez pas à réagir et débattre dans la zone «Ajouter un commentaire» …

Source : Maxifoot

Par Clément Barbier, le 11/02/2024 à 23h20

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related