Inspiration des manuscrits anciens pour la Réconciliation et la Paix au Mali : la 2e phase du projet lancée

Date:

Ce mardi 27 décembre 2022, la salle conférence du Mémorial Modibo KEITA a abrité la cérémonie de lancement de la deuxième phase du projet “ Inspiration des manuscrits anciens pour la Réconciliation et la Paix au Mali ”. Elle a été présidée par le Conseiller technique Mamadou Cissé, représentant le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’industrie hôtelière et du Tourisme. Il avait à ses côtés le chargé des affaires à l’Ambassade de Grande Bretagne Ilyas Maleck, le président exécutif de l’ONG SAVAMA-DCI, Dr Abdel Kader Haïdara. C’était également en présence des Ambassadeurs du Qatar, du Japon et d’Algérie au Mali et de plusieurs autres personnalités du monde de la culture.

Le projet Inspiration des manuscrits anciens pour la réconciliation et la paix (IMARP) est une initiative de la SAVAMA-DCI, en partenariat avec le Ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, et financé par l’Ambassade de Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord au Mali. Il vise à contribuer au processus de réconciliation et de paix en inspirant, à travers les manuscrits anciens, des nouvelles démarches et des nouvelles valeurs en matière de résolution des conflits et de gouvernance. La démarche dudit projet est de faire “ plaidoyer et lobbying pour une appropriation des enseignements des manuscrits anciens dans le processus de réconciliation, de paix et de gouvernance dans le pays.

Le Conseiller technique, représentant du ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, Mamadou Cissé aura estimé que la culture demeure l’alternative la plus efficace pour préparer les esprits à cultiver durablement la paix. Parlant de ses importances, il dira que les manuscrits anciens du Sahel en général et du Mali en particulier constituent une source importante de savoirs et une documentation unique sur l’histoire écrite de l’Afrique. Ils rappellent le rôle prépondérant que cette région a joué dans le développement intellectuel, culturel et scientifique ainsi que dans la diffusion des savoirs. Ils rendent compte de l’évolution de la pensée, des découvertes et des réalisations de la société humaine, et constituent le legs transmis par le passé à la communauté mondiale présente et future.
À noter également que les manuscrits constituent une source d’inspiration pour l’éclosion d’un Mali tolérant, pluriel et ouvert au monde. Ainsi, de Kayes à Kidal, de Ségou à Sikasso, ils ont servi de véhicule pour l’histoire locale, le brassage culturel, le partage des valeurs communes, la communication intercommunautaire et l’intégration nationale.

Il s’agit à travers ce projet de faire parler les manuscrits anciens, de divulguer leurs enseignements en faveur de la réconciliation et de la paix afin que ces enseignements servent de références et de guide vers une paix durable dans un Mali prospère, pétri de valeurs démocratiques et de bonne gouvernance.
Le projet s’articule autour de six ouvrages manuscrits entre-autres écrits par des grands hommes de la culture au Sahel dont Elhadj Oumar Tall, Ousmane Dan Fodio, Mohammed b. Abdoul Karim alMaghili et qui ont fait l’objet d’édition critique et de traduction par la SAVAMA-DCI. Il s’agit des ouvrages sur : la Culture de la paix et l’esprit de tolérance en islam; le Conseil éclairant sur la vilenie du conflit entre les croyants ; les principes de la justice pour les gouvernants et les hautes personnalités ; l’approche de la religion sur les devoirs des rois et des souverains ; les intérêts humains liés à la religion et au corps et enfin l’obtention du souhait à propos des mœurs des nobles.

Appelant les jeunes à s’intéresser aux manuscrits, le président exécutif de l’ONG SAVAMA-DCI les rappelle que c’est surtout la connaissance qui est recherchée dans l’exploitation des manuscrits et non l’argent.
« L’exploitation des manuscrits n’est pas l’exploitation de l’or ou de pétrole. C’est celle de la connaissance, de la sagesse et de bien faire en vue de sensibiliser tous les Maliens sur la paix, le pardon. Ces éléments sont plus difficiles que l’argent pour le développement d’un pays », a-t-il précisé.

C’est pourquoi dans les activités menées, Dr Abdel Kader Haïdara et son équipe ont eu à animer, lors de la première phase du projet, plusieurs conférences-débats dans les universités et grandes écoles de Bamako, Ségou et Tombouctou. M. Haïdara rassure que, pour cette deuxième phase, les mêmes activités de conférences-débats seront organisées à Bamako, Ségou, Tombouctou et vont s’étendre dans la région de Kayes pour une durée d’environ 05 mois.

Nia Dialla KEITA

Nia Dialla
Nia Diallahttps://actu-globe.com
Promoteur et Directeur, Nia Dialla KEITA est un enseignant journaliste, spécialiste des langues française et anglaise. Il dirige la rédaction de la presse en ligne “actu-globe.com”, un site web malien d'informations générales pour le Monde. Tel: (+223) 74 73 31 29 / 69 66 46 37

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Share post:

Subscribe

spot_imgspot_img

Popular

More like this
Related